de l'intérieur d'une communauté

Quels que soient les groupes sociaux, on ne voit souvent d'eux que la partie « marketing ». Celle qui est bien présentable et que l'on souhaite mettre en évidence, au mépris souvent de la réalité. Ce blog, qui se revendique comme un blog d'information, va tenter de présenter la vie de la communauté hellénique de Lyon par ceux qui la vivent de l'intérieur.
J'ai connu deux hommes qui ont dignement représenté la communauté hellénique : monseigneur Vlassios et le père Athanase Iskos. Ils n'ont jamais eu à rougir de ce qu'ils ont fait ou dit et ont laissé une communauté respectée et respectable. Le contraste pourra paraître saisissant entre les 50 ans qui viennent de s'écouler et ce qui se passe depuis plus de six ans, mais si l'on veut rester fier de ce que l'on est, il ne faut pas hésiter à prendre ses distances lorsque ce que l'on voit s'éloigne de nos idéaux.
Dans un premier temps, je vais raconter une histoire au travers de courriers échangés et de documents, qui seront tous reproduits. Dans un second temps, je débattrai autour des questions qui seront posées à mon adresse mail : jeanmichel.dhimoila@gmail.com .
La communauté hellénique de Lyon étant une association cultuelle, loi 1905, les références au culte seront nombreuses et indispensables pour comprendre le sens de ce qui est recherché, et malheureusement parfois ses dérives.

Bonne
lecture à tous

dimanche 15 juin 2014

118- Journées consulaires

Les 8 et 9 juin 2013 avaient lieu les journées consulaires. Ces festivités sont l'occasion, pour les pays représentés à Lyon, de montrer leurs cultures et traditions, au travers d'un stand qui leur est dédié. Certains stands proposent de déguster des spécialités culinaires. D'autres présentent des danses. D'autres encore de l'artisanat. Dans tous les cas, les photos et prospectus que l'on peut y trouver sont une formidable invitation à voyager pour découvrir les pays représentés.

Cette multiplicité culturelle foisonne chaque année sur la place Bellecour. C'est également l'occasion de montrer qu'il est possible de vivre au sein d'une même société en respectant les traditions de chacun, car toutes ces cultures se côtoient toute l'année au sein de notre ville et de la société française.


Le 9 juin 2013, donc, la Grèce avait son stand, comme à l'accoutumée. Le groupe de danse était chargé de manifester sa présence culturelle, et ce groupe a fait sa démonstration sur le podium, devant le public réuni.


video
A la fin de la prestation, madame le Consul a invité les danseurs sous un chapiteau pour leur offrir à boire. L'attention était généreuse et nos danseurs assoiffés, heureux de cette proposition, ne se sont pas fait prier pour y répondre favorablement.

Une fois sur place, le Consul prit la parole et les mots qui résonnèrent alors glacèrent les participants. Ce ne furent que des reproches ! 

Ils avaient soi-disant fait honte à la Grèce par une prestation indigne. La culotte de l'une des danseuses avait été visible. Les danses n'étaient pas en place, etc.

Elle oubliait que les danseuses avaient répété sous la responsabilité de sa propre fille. Elle oubliait également que les danseuses étaient la seule animation de la Grèce. Personne pour présenter de l'artisanat, ni pour faire déguster des spécialités culinaires. Les reproches, si reproches il devait y avoir, auraient dû viser les absents, et non les seuls à avoir fait l'effort de produire un spectacle, de mettre en place des répétitions, et de le présenter au public. 

Et si vraiment les choses n'avaient pas été en place, il ne fallait pas oublier que la coordinatrice du spectacle était la fille.

La manière d'adresser des reproches, devant l'ensemble des passants venus se rafraîchir sous ce chapiteau, n'était peut-être pas non plus la plus appropriée. Ce genre de petites mises au point se passe généralement en privé. Elle aurait surtout pu se faire sans y impliquer la jeune-fille de 15 ans qui avait mis tout son cœur pour apprendre ces danses et venir représenter la Grèce. Elle s'attendait à une autre forme de remerciement pour son travail et sa bonne volonté.

Pour ma part, j'ai beaucoup d'estime pour madame le Consul. Je n'oublie pas que l'on ne juge pas une vie de représentation au service de son pays sur une erreur d'appréciation. Car, de l'avis des personnes présentes, son intervention était premièrement une erreur d'appréciation.

Quoi qu'il en ait été, les danseuses ont très mal pris cette humiliation. Elles ont présenté des arguments pour montrer que ces propos n'étaient pas justifiés et on demandé des excuses. Excuses qu'elles n'ont pas obtenues.  Elles ont donc décidé d'arrêter de répéter au sein de l'association Lykion ton Hellinidon, présidée par madame le Consul. 

Cette année, les journées consulaires avaient lieu hier et aujourd'hui, les 14 et 15 juin 2014. L'Ukraine et la Russie étaient présents, malgré leurs différends et la guerre civile qui secoue l'Ukraine. La Turquie avait un stand très vivant et côtoyait le Liban sur cette place. Mais, pour la Grèce, rien ! Ni stand, ni représentation.

A se couper de ceux qui nous aident, on risque fort de finir par se retrouver seul.

Alors, était-ce la fin des danses grecques à Lyon ? C'est ce que nous verrons dans le prochain message.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire